Les rançongiciels : Lorsque votre propre machine vous tient en otage

Le 17 juillet 2013

Vous êtes assis devant votre ordinateur, vous rédigez un document de travail tout en vérifiant constamment votre fil d'actualité Facebook et en vous tenant au courant des dernières nouvelles quand soudain…

Un message apparaît devant vos yeux :

« VOTRE ORDINATEUR A ÉTÉ VERROUILLÉ ».

Vous n'avez appuyé sur aucune touche pour verrouiller l'ordinateur et vous n'avez jamais vu un message de ce genre auparavant. Vous avez appuyé de façon répétitive sur le bouton « ÉCH » de votre clavier, vous avez éteint votre ordinateur, l'avez rallumé, mais le message est toujours présent.

Vous n'avez pas accès à vos fichiers et aucun des moyens auxquels vous pensez pour déverrouiller votre ordinateur ne semble fonctionner.

Puis vous relisez le message, et vous remarquez la partie où il est mentionné ceci : « Si vous souhaitez réutiliser votre ordinateur ou accéder à vos fichiers, vous devez envoyer 100 $ à ce compte en utilisant ce service de paiement ».

Cette situation est un exemple de rançongiciel (parfois appelé logiciel de sécurité non autorisé). Il s'agit en fait d'un type de programme malveillant qui restreint l'accès à votre ordinateur ou à vos fichiers. Le rançongiciel affiche un message sur votre écran et vous explique les instructions à suivre relativement à la façon de déverrouiller l'ordinateur et comment avoir accès aux fichiers.

Parfois, les messages seront même conçus de façon à ressembler à des messages provenant d'autorités locales d'application de la loi ou d'un ministère officiel. Ils peuvent vous informer que vous avez enfreint une loi et que vous devrez payer l'amende (ou une histoire similaire). Cette solution pourrait - dans un moment de panique – vous paraître sensée.

Si vous êtes victime d'un rançongiciel, il ne faut pas payer la rançon, car si vous payez, avez-vous vraiment une garantie que votre ordinateur sera débloqué? Non. Lorsque votre vie numérique semble être attaquée, il est important de garder la tête froide et d'éviter de tomber dans les pièges tendus par les cybercriminels. La meilleure chose à faire si vous êtes victime de ce genre de programme malveillant est de communiquer avec un spécialiste en informatique de confiance pour qu'il répare votre ordinateur. Plus vous informerez les gens qui vous entourent, moins ces criminels risquent de faire de victimes et de se faire payer.

Vous devriez également prévenir les autorités locales de police et le Centre antifraude du Canada afin de signaler l'incident.

Vous trouverez de plus amples renseignements relativement à ce type de programme malveillant sur Pensezcybersecurite.gc.ca. Vous serez ainsi en mesure d'assurer votre sécurité en ligne et de partager l'information avec votre famille et vos amis.


Suivez Pensez cybersécurité sur Twitter, Facebook et Instagram.


Commentaires

En soumettant un commentaire, vous acceptez que Sécurité publique Canada recueille le commentaire et le publie sur ce site (politique sur les commentaires du carnet Web).



Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires pour cette entrée.

Date de modification :