Cyberintimidation : Comment la reconnaître, l’arrêter et la prévenir

Le 12 septembre 2016

Près de la moitié (42 %) des jeunes Canadiens disent qu’ils ont été intimidés en ligneNote de bas de page1.

La cyberintimidation survient lorsque quelqu’un a l’intention d’embarrasser, d’humilier ou de harceler une autre personne en ligne. Bien que la cyberintimidation peut toucher les personnes de tout âge, les enfants et les jeunes sont particulièrement vulnérables à ces effets négatifs. Ces effets comprennent des dommages à l’estime de soi, à la réputation et à la santé mentale d’une jeune personne.

En tant que parents, professeurs et modèles, nous pouvons aider les enfants à se protéger de la cyberintimidation en entamant une conversation à propos de ce qu’ils voient et font en ligne.

Voici un moyen d’entamer la conversation : demandez aux enfants ce qu’ils aiment et n’aiment pas à propos de leur expérience en ligne. Parlez de vos propres expériences. Faites le point avec eux pour voir s’ils se sont déjà sentis menacés ou embarrassés par ce qu’une autre personne a publié sur eux (ou à propos d’eux) en ligne. Un début de conversation comme cela peut ouvrir la porte à une discussion sur la cyberintimidation.

La cyberintimidation peut prendre plusieurs aspects, certains plus subtils que d’autres. Elle peut comprendre les insultes, la publication de photos embarrassantes, la révélation de renseignements personnels (aussi appelé « doxxing ») et la profération de menaces. Elle peut s’aggravée en comportements criminels, comme le harcèlement sexuel, l’extorsion et même de fausses accusations à la police ou à d’autres organismes d’application de la loi. Ces comportements peuvent avoir de graves conséquences pour la personne visée, comme des échecs scolaires, l’isolement et la dépression.

La bonne nouvelle, c’est que la majorité des jeunes prennent soin de leurs pairs en ligne; 71 % des jeunes qui ont été témoins de cyberintimidation disent être intervenus d’une manière ou d’une autreNote de bas de page2. L’intervention peut prendre la forme d’interpellation du mauvais comportement au sein de la communauté en ligne ou en la signalant aux parents, aux professeurs ou aux administrateurs de site Web.

Il est également important de parler aux jeunes à propos de leur comportement en ligne. Ce qu’ils peuvent percevoir comme étant « seulement une plaisanterie » peut, en fait, porter préjudice à une autre personne : par exemple, la publication d’une photo ou d’une vidéo embarrassante de quelqu’un d’autre, ou seulement le partage d'une publication d'une autre personne ou l'établissement d'un lien vers cette publication peut porter préjudice à une autre personne.

Les jeunes peuvent également se protéger en étant prudents sur la communication de renseignements personnels et de photos en ligne, puisque tout ce qui est publié peut potentiellement exister éternellement dans le monde numérique et être vu par des amis, des membres de la famille et des étrangers.

Le meilleur moyen d’aider les enfants et les jeunes à se protéger et à protéger d’autres personnes de la cyberintimidation est peut‑être d’être un exemple de bon citoyen numérique. Les parents qui montrent des exemples de cyberintimidation dont ils sont témoins en ligne ou dont ils entendent parler, et qui réagissent de manière appropriée, façonnent un comportement responsable qui peut durer toute une vie.

Vous pouvez en apprendre davantage à propos de la protection des sentiments en ligne, et la façon de donner l’exemple de bon citoyen numérique, à l’adresse pensezcybersecurite.ca.

Footnotes

  1. 1

    http://habilomedias.ca/mwg-internal/de5fs23hu73ds/progress?id=ZYD1e6a7ECWpIqbC6U0WwqShDJUDFJmVMAGKYgzOt_w,

  2. 2

    http://habilomedias.ca/sites/mediasmarts/files/publication-report/full/young-canadians-electronic-bullying.pdf


Suivez Pensez cybersécurité sur Twitter et Facebook.


Commentaires

En soumettant un commentaire, vous acceptez que Sécurité publique Canada recueille le commentaire et le publie sur ce site (politique sur les commentaires du carnet Web).



Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires pour cette entrée.

Date de modification :