Comment reconnaître l’information trompeuse en ligne et ce qu’il faut faire pour y remédier

Le 23 octobre 2018

Étant donné la quantité d’information disponible en ligne, il est inévitable qu’une partie de cette information soit erronée. Il s’agit tantôt de faits inexacts, tantôt d’opinions, de satires ou de parodies, mais parfois de tentatives délibérées de tromper ou d’influencer l’opinion publique par le biais de médias de substitution.

Quoi qu’il en soit, les gens semblent de moins en moins sûrs de l’information qu’ils trouvent en ligne et ailleurs. Selon un récent sondage Ipsos (disponible en anglais seulement) réalisé pour la Radio Television Digital News Association (RTDNA), les Canadiens sont moins enclins à faire confiance aux médias d’information traditionnels : seulement 65 % d’entre eux ont déclaré leur accorder une certaine confiance, et seuls 11 % ont dit faire « beaucoup » confiance aux médias. Dans ce même sondage, 68 % des Canadiens ont affirmé qu’ils pouvaient toujours faire la différence entre un reportage et un article d’opinion ou un commentaire, mais 24 % ont admis qu’ils n’étaient pas si sûrs de pouvoir le faire.

Le piège à clics est un concept associé à Internet, mais la publication de titres plutôt trompeurs pour accroître les ventes de publications existe depuis un certain temps déjà. On en voit des exemples chaque fois qu’on passe devant les tabloïds à la caisse de l’épicerie. Mais maintenant, des articles et des mèmes faux ou trompeurs sont diffusés dans les médias sociaux afin de nous convaincre d’une certaine chose ou même de voter pour un certain candidat lors d’une élection.

Aujourd’hui plus que jamais, nous devons apprendre à jeter un regard plus critique sur l’information et les articles diffusés en ligne, et montrer à nos enfants à faire de même. Voici quelques indications comme point de départ :

  1. Lisez plus que le titre

    Examinez les arguments présentés dans l’article avant de croire à l’information. Il arrive qu’un article bien documenté soit diffusé par un tiers avec un titre ou une conclusion qui induit en erreur. Parfois, le titre a été écrit par le rédacteur en chef, et non par le journaliste, et il décrit de façon simpliste l’analyse plus nuancée d’une question. Quoi qu’il en soit, il est préférable de prendre la peine de lire tout le texte avant de le commenter ou de le diffuser. Si la lecture de l’article vous laisse sceptique, ignorez-le tout simplement.

  2. Tenez compte de la source

    Reconnaissez-vous le nom de la source? S’agit-il d’un média national dont vous avez entendu parler et que vous connaissez depuis des années? L’auteur essaie-t-il de vous convaincre d’une chose ou de voter pour quelqu’un? Tente-t-il de provoquer une réaction émotionnelle, en particulier l’indignation à l’égard d’une personne ou d’une organisation?

  3. Renseignez-vous

    Cette source d’information est-elle la seule à faire état de cette nouvelle? La recherche de « nouvelles » liées à cet article dans votre moteur de recherche devrait faire apparaître des articles similaires publiés par d’autres sources d’information.

  4. Dites quelque chose

    Si, après avoir suivi ces étapes, vous concluez que l’article que vous avez lu n’est pas tout à fait fidèle à la réalité, que devriez-vous faire? Résistez à l’envie de le commenter ou d’y réagir dans les médias sociaux. Ces réactions contribueront à populariser l’article et celui-ci sera davantage partagé par le réseau social. Si vous désirez faire part de votre opinion à la personne qui a partagé l’article, faites-le par message privé, par téléphone ou par texto.

Suivez Pensez cybersécurité sur Twitter, Facebook et Instagram.


Commentaires

En soumettant un commentaire, vous acceptez que Sécurité publique Canada recueille le commentaire et le publie sur ce site (politique sur les commentaires du carnet Web).



Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires pour cette entrée.

Date de modification :